0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- 0 Flares ×

Portraits croisés de deux trentenaires (ou presque)

Aujourd’hui est un jour particulièrement solennel. Durant tout le mois de juillet, vous avez pu découvrir différents articles sur le thème des 30 ans écrits par des blogueurs que j’adore.

En ce 22 juillet, j’ai décidé de mettre la main à la pâte et de moi aussi vous parler de la trentaine. Ben oui, aujourd’hui, j’ai 30 ans !

Pour ce faire, j’ai invité une personnalité connue des trentenaires en devenir ou trentenaires tout court, Claire de 30 ans ou presque.

Portraits croisés

Grâce ce jeu des questions-réponses, vous allez en savoir un peu plus sur nos personnalités. En avant pour un portrait croisé de deux trentenaires (ou presque) !

La vie, au début (à quelques mois à peine)

Claire : Dur dur d’être un bébé… !

À vrai dire je ne me souviens plus trop de cet âge là. Mais avec le recul, la vie me paraît bien belle pour les bébés… Troquer la routine métro, boulot, dodo pour une routine axée découvertes, jouets, câlins… N’est-ce pas finalement ce à quoi tout être aspire ?

Ce qui me manque aujourd’hui de cette période : l’admiration inconditionnelle que l’on portait à mes moindres faits et gestes. Bizarrement, aujourd’hui, quand je rote après un bon repas, il n’y a jamais personne pour applaudir.

Aline 1986Dur dur d’être un bébé ? Tu plaisantes, Claire. Pour moi, c’était le paradis. Chouchou de mes grands-parents, bébé d’amour de mes parents (être fille unique, ça aide), la petite préférée de mes oncles et tantes (non, non, je n’exagère pas du tout…), j’étais le bébé tant attendu et si parfait. Mais non madame, ça ne fait pas de mal de se lancer des fleurs de temps en temps :-)

Ce qui me manque aujourd’hui ? La simplicité de ces moments d’enfant. Aucun souci (à part quelques coliques ou problèmes d’estomac), juste du bonheur à l’état pur. 

La vie à 7 ans

Claire : Sept ans, il paraît que c’est l’âge de raison. C’est vrai que je m’en souviens comme d’un âge très sérieux : il fallait apprendre, faire ses devoirs, faire ce que nous disaient papa et maman… Quelle plaie ! Finalement, cela a mis le temps, mais aujourd’hui je suis bien contente de ne plus obéir à personne d’autre qu’à moi-même.

Enfin, dans les limites de ce qu’imposent les lois, la société, mon emploi du temps, mon compte en banque… Bah en fait, même une fois adulte, on n’est jamais vraiment libre de faire ce que l’on souhaite (déception…). Enfin, au moins, il n’y a besoin d’aller à l’école ni de rendre ces satanés devoirs.

Sauf quand on est prof… n’est-ce pas Aline ? ;)

Ce qui me manque aujourd’hui de cette période : le jeu de l’élastique. C’était fun de jouer à ça dans la cour de récré, non ?

A sept ans, c’est l’âge de raison ? J’ai dû louper cette étape …

Plutôt scolaire, c’est vrai, mais tellement enquiquineuse… Je ne peux même pas compter le nombre de fois où j’ai frappé un garçon ou taquiné les autres. Un des souvenirs les plus forts de cette vie antérieure ? Le jour où j’ai cassé ma règle Aladdin (avec Jasmine, le génie et tout et tout) sur la tête d’un de mes voisins. Ne me demandez pas pourquoi, je ne m’en rappelle plus, mais j’étais tellement triste, surtout pour ma règle…

Ce qui me manque aujourd’hui ? Les jeux en fin de journée, sur la terrasse devant la maison, avec tous les enfants du quartier. Faut croire que j’ai toujours bien aimé jouer. Aujourd’hui encore, j’adore passer une soirée entre amis autour d’un Times Up, d’un Jungle Speed ou d’un Jass !

La vie à 13 ans

Claire : 13 ans ! Olala ! Même à l’époque je me rendais bien compte que c’était un âge ingrat… Pour autant, je savais que cela ne durerait pas… Ou plutôt, à ce moment-là, je croyais que j’allais m’en sortir du jour au lendemain, en devenant adulte d’un coup. Je croyais que la rupture adolescence / âge adulte serait beaucoup plus nette qu’elle ne l’a été…

Pour dire la vérité, aujourd’hui, à 30 ans (ou presque), je n’ai pas encore vraiment la certitude d’être sortie de l’adolescence.

Ce qui me manque aujourd’hui de cette période : le mascara pour cheveux. Ouais, je sais, c’est pas indispensable, mais j’aimais bien me faire une mèche bleue avant d’aller en boum avec les copines pour danser sur les Worlds Apart (ok, je reviens de loin…)

Âge ingrat, c’est peu dire… Entre les boutons (je n’ai pas été, mais alors pas du tout, épargnée par l’acnée. Une vraie carte routière…) et les complexes physiques, je n’ai pas un souvenir mémorable de cette période. Encore naïve, petite fille (je crois bien que je jouais encore à la Barbie…), j’ai pourtant dû grandir bien vite. Certains moments de ma vie ne m’ont pas permis de rester enfant plus longtemps.

Ce qui me manque aujourd’hui ? Le temps pour jouer aux jeux vidéo. J’ai eu la Nintendo, Super Nintendo, Game Boy et Mario BrosGame Cube. Je suis fan de Mario, Luigi et tous leurs amis. J’ai même joué à Donkey Kong et Sailor Moon, guerrière de l’amour et de la justice. Claire, étais-tu plus Sailor Moon ou Mario ?

La vie à 18 ans

Claire : En grandissant, 18 ans était pour moi un âge objet de fantasmes : c’était l’âge où j’allais enfin devenir adulte, m’émanciper, avoir le droit de voter… La réalité a été un tout petit peu différente. A 18 ans, j’étais juste une grande ado qui ne savait pas du tout ce qu’elle voulait faire de sa vie, qui était incapable de se prendre en charge toute seule… mais qui avait le droit de sortir en boîte (jusqu’à minuit, pas plus !) et de boire une coupette de champagne au nouvel an ! ! !

Ce qui me manque aujourd’hui de cette période : les cours de philo en terminale. J’aimais bien. #nerd

Je fantasmais mes 18 ans. Je croyais que le monde serait enfin à moi (c’est l’indépendance grâce au permis de conduire qui me faisait penser cela) et que je pourrais enfin faire tout ce que je voulais. Que nenni…

A 18 ans, je n’avais pas encore d’argent, j’étais aux études et donc toujours dépendante financièrement (entre autres) de mes parents. Pourtant, j’avais déjà déménagé (l’université était tropRéveil loin de mon lieu d’habitation) et j’étais en couple depuis un an. D’ailleurs, pour mes 18 ans, j’ai eu le droit de partir trois semaines au Canada avec mon copain (qui est maintenant mon mari).

Ce qui me manque aujourd’hui ? La capacité de dormir jusqu’à midi… Je n’en peux plus du réveil systématique à 7h ! !

La vie à 30 ans

Claire : 30 ans ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais. Enfin si… Je m’explique : je pensais que les gens de 30 ans étaient adultes, sérieux, qu’ils croulaient sous le poids des responsabilités…

C’est pas entièrement faux pour les responsabilités, cependant ce qui change par rapport à ce que j’avais envisagé au départ c’est la manière de vivre ce nouveau tournant de la vie : quand on a 30 ans, ces changements se font en douceur, naturellement. On ne devient là encore pas adulte du jour au lendemain…

Et surtout, 30 ans, ça a de très bons côtés : l’indépendance financière, la consolidation des relations amicales, la construction d’une vie de famille (que l’on soit seul ou en couple, avec ou sans enfants)… On cherche l’épanouissement et on trouve petit à petit sa place dans le monde. Plein de petits bonheurs que je te souhaite de découvrir dans les mois et années qui viennent, Aline :)

Ce que je tiens absolument à conserver de cette période : tout ! Cela m’a pris 30 ans (ou presque), mais j’en suis enfin là où je voulais être dans la vie…

Depuis toute petite, je m’étais imaginé tout un programme : mariée à 25 ans, premier bébé à 27 ans, deuxième bébé à 29 ans. Le tout devait être fait avant mes 30 ans. Aujourd’hui, j’ai 30 ans et force est de constater que je n’ai pas tenu mon planning. Bien que je sois mariée, je n’ai pas encore d’enfant.

Par contre, je suis enfin indépendante financièrement, propriétaire d’un appartement (et de tous les soucis qui vont avec) et je me sens plutôt bien dans mes baskets et dans mon travail. Peut-être que c’est ça avoir 30 ans !

Ce que je tiens à conserver ? Mon chéri, mon appart’, mon travail, ma joie de vivre, mes petits bonheurs au quotidien, etc. Un peu tout en fait, j’ai tellement vécu de belles choses durant ces 30 dernières années !


Happy_Birthday_Blanche_neige

Ca y est, j’ai 30 ans !

J’espère que ce portrait croisé vous a plu. Je me sens un peu toute nue maintenant… Vous savez tellement de choses sur moi :-)

Merci beaucoup Claire de 30 ans ou presque d’avoir joué le jeu et de m’avoir fait cet honneur.

N’hésitez absolument pas à aller faire un tour sur son blog. Que vous soyez trentenaire ou pas, c’est toujours un régal ! Claire a le don des messages empreints d’humour, justes et parfois touchants.

A la semaine prochaine pour le dernier article invité « Big event – I’m 30 ». Surprise !

6 comments on “Big event – « I’m 30 » avec Claire (30 ans ou presque)”

  1. Joyeux anniversaire ma Belle! Ca y est tu es entrée dans le club des trentenaires. Bah tu vous rien de très spécial…
    Tous mes voeux ! Plein d bonheur auprès de ceux qui te sont chers… Gros bisous
  2. Team Mario, à fond ! Mais sûrement parce que je n’ai jamais eu l’occasion de tester Sailor Moon… J’ai eu la Game Cube aussi et la Gameboy a toujours été un rêve car je n’en avais pas… et je m’en suis acheté après dans les vide greniers (de toutes les couleurs…). Aujourd’hui j’ai encore une Wii, mais ça fait des années qu’elle n’a pas servi, faute de temps. C’est vrai que ça me manque beaucoup les jeux vidéo, quand j’y pense. Je pouvais passer 10h d’affilée à chevaucher ma jument Epona dans Zelda ou à récolter des étoiles pour sauver cette pimbèche de Peach… C’était l’bon temps…

Laisser un commentaire