Je suis accro

Vous pensez me connaître. Vous avez découvert une partie de ma personnalité et même de mon intimité à travers mes différents billets.

Pourtant, je n’ai jamais osé vous avouer que j’étais accro. Je n’ose à peine vous le dire, j’en tremble, mais je suis bien droguée…

C’est un plaisir tout nouveau pour moi. C’est grâce à une rencontre que je m’y suis engouffrée. Ca commence souvent comme ça… Bonheur ou malheur, c’est à vous de le juger.

Tous les matins, même pas sortie du lit, il faut que j’aie ma dose. Tous les soirs en rentrant, il m’en faut une autre. Je ne peux plus vivre sans, je ne suis plus maître de moi-même. Quand le besoin est assouvi, je vis sur un petit nuage, je parle tout seule, je raconte des mots d’amour. N’importe quelle personne qui arriverait chez moi à ce moment-là, me mettrait une camisole de force.

Quand mon quotidien est morose, ennuyeux ou difficile, je m’enfile un shot. Quand il fait beau et que je suis heureuse, je m’enfile un shot. Toutes les occasions sont bonnes. En tant de crise, certains ont besoin de partir en voyage, d’autres de lire un livre ou d’aller au cinéma, moi j’ai besoin de ma drogue. J’en suis consciente, avec elle je vis dans un paradis artificiel, d’où j’ai parfois peur de tomber.

Comme je vous l’ai dit, je ne consomme pas cette drogue depuis longtemps. Et pourtant, j’en ai déjà des cicatrices. Je ne reconnais plus mon corps. Je ne l’ai jamais vu aussi marqué.

Cependant, je crois que je ne pourrais plus revenir en arrière. Je pense sincèrement, que je ne pourrais plus jamais m’en passer. Avec le temps, cette addiction s’est accrue. J’en suis sûre, elle est bonne pour moi. Elle détourne mon attention de ce qui risque de me déprimer, mais aussi me diversifie et fait de moi un autre être que celui que j’étais.

Chers amis, chers lecteurs, je me confie à vous. Oui, je suis accro ! Oui, je l’accepte et je ne voudrais jamais la quitter ! Ma drogue dure, c’est Misty !

Chers lecteurs, j’espère que vous n’êtes pas choqués, mais je n’ai pas pu résister. Il fallait que je participe à mon premier Apéro cosmique. N’hésitez pas aussi à vous livrer, on se sent tellement mieux après !

Bilan 2016

Le mois de janvier touche à sa fin, c’est le dernier moment pour faire le traditionnel bilan de fin d’année. Ce genre d’exercice est toujours intéressant à faire, pour se remémorer les bons moments de l’année fraîchement terminée.

Alors, qu’ai-je fait, vu, lu, etc. en 2016 ?

J’ai fait :

5 voyages / séjours (Europe et monde) : 

11 billets avec dessins. Vos coups de coeur ont été :

J’ai lu :

6 livres, 3281 pages

  • Chanson douce, Slimani Leila
  • Les Yeux jaunes des crocodiles, Pancol Katherine
  • La Valse lente des tortues, Pancol Katherine
  • Un avion sans elle, Bussi Michel
  • Le Dompteur de lions, Läckberg Camille
  • Homme aux cercles bleus, Vargas Fred
  • Le Sceau des sorcières, Vandroux Jacques (je le compte sur 2016, comme je n’ai lu que 50 pages de ce livre en 2017)

J’ai vu :

6 expositions :

28 films, principalement au cinéma. Les plus marquants ont été :

6 pièces de théâtre :

1 opéra :

  • Faust, Opéra de Lausanne

Enfin, 2016 semble être la fin des ennuis liés à notre appartement. Nous n’avons pas encore terminé de payer nos hypothèques légales, mais nous avançons dans notre projet. Notre plainte pénale aboutira peut-être et nous prévoyons de finir la cuisine, la salle à manger, le salon et le reste.

Fin 2017, j’espère pouvoir vous dire, dans le bilan, que notre appartement est terminé !

Et vous, qu’avez-vous fait, vu, lu en 2016 ?

Jacques Vandroux : le Sceau des Sorcières

Première lecture 2017 (finie le 2 janvier) ! Enfin, c’est un peu facile, je l’avais commencé fin 2016. Sinon c’est sûr, je n’aurais pas réussi à lire un livre de 529 pages en 2 jours (ou peut-être en ne dormant pas du tout).

D’ailleurs, je me suis presque abonnée à ce genre de littérature à rallonge. Ils ne sont jamais trop longs lorsque le livre est captivant. Et avec le Sceau des Sorcières de Jacques Vandrouxje dois dire que c’était le cas ! J’ai été ensorcelée par ce roman du début à la fin.

Voici l’intrigue :

Le texte commence en 1615 avec Margot, une jeune femme qui vit dans la région de Grenoble. Dès les premières lignes, on comprend que Margot est une guérisseuse, comme sa mère et sa grand-mère avant elle. On la sent rapidement angoissée. Depuis la mort du baron de Marbeuf, elle ne se sent plus protégée. Les guérisseuses à cette époque sont plutôt appelées « sorcières ». 

Quatre siècles plus tard, Isabelle Desrameaux, une femme à la vie privée débridée, est retrouvée torturée à mort à son domicile. Le capitaine Nadia Barka et son épique commencent alors leur enquête dans les milieux libertins. Mais quand une mère de famille est retrouvée, quelques jours plus tard, immolée par le feu sur le campus de l’université de Grenoble, l’enquête change de cap. Rapidement, Nadia Barka fera le lien entre le passé et le présent. 

Mon avis :

Le roman est captivant du début à la fin. J’ai apprécié découvrir Nadia et Etienne (je n’avais lu aucun autre ouvrage de Jacques Vandroux), un couple attachant et un peu malmené, il faut bien le dire. Nadia semble tourmentée par sa vie personnelle. Le couple est mis à rude épreuve. Elle cherchera d’ailleurs à refouler ses problèmes en s’impliquant à 100 % dans cette nouvelle quête de vérité.

Le voyage entre le présent et le passé ajoute aussi du piment à cette intrigue. C’est délicieux d’apprendre à connaître Margot et sa famille, de se sentir proche d’elle au point de ressentir le malaise lié à sa condition sociale. Passionnée par le Moyen-Âge, j’ai également été ravie de me retrouver au centre d’un procès de l’Inquisition au XVIIe siècle. On retrouve tous les éléments : les dénonciations, la traque du suspect (plus souvent reconnu directement comme coupable), le procès et bien sûr la question ou plus connue sous le nom de torture, afin de recueillir les aveux du coupable. La précision des mots dans le récit nous fait froid dans le dos et nous transporte réellement en 1615.

Il y a encore un autre monde dans lequel nous nous engouffrons en lisant ce livre : la vie dépravée de certains élites de la ville de Lyon. Entre libertinage et masochisme, on est servi. Mais le tout est si bien fait, si bien dit.

En bref, ce polar, entre policier et thriller, est excellent. Le scénario est très bien construit, sans longueurs superflues et maintient le suspens jusqu’à la fin. Jacques Vandroux nous mène avec brio dans un univers mystérieux et on en redemande. Du coup, je viens d’acheter son avant-dernier roman, Projet Anastasis. J’ai bien envie de découvrir un peu plus cet auteur !

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Seriez-vous tentés de le lire ?

5 jours à Berlin

Berlin, une ville très chère à mon coeur, a été tristement au coeur de l’actualité ces derniers temps. Non sans y penser lorsque j’ai mis les pieds dans l’avion, je ne voulais manquer ce voyage pour rien au monde !

J’étais tellement heureuse de revenir à Berlin après trois ans d’absence et de redécouvrir, à l’occasion du Nouvel An, cette ville incroyable. Bien sûr, nous n’avons pas manqué les incontournables ni même la découverte de plusieurs restaurants végans/végétariens. Il fallait bien faire plaisir à chouchou. Je vous présente mes restos coups de coeur à la fin de ce billet.

Jour 1 : se mettre en condition

Après une bonne nuit à l’hôtel, nous étions prêts pour notre journée marathon : Reichstag, Brandenburger Tor, Tiergarten, Potsdamer Platz, Holocaust-Mahnmal, KuDaM, Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche, Alexander Platz, etc. 

C’était une belle journée de remise à niveau.

Petit bonus spécial Entre vous et moi : si vous voulez visiter la ville en bus, n’achetez pas de billets pour les traditionnels City Bus, mais prenez plutôt le bus 100 depuis Zoologischer Garten. Il passe dans tous les lieux « connus » de la ville. En plus, si vous allez le prendre sur Hertzallee (juste à droite de la gare), vous pourrez aller tout en haut et tout devant. Vous passerez devant tous les touristes qui attendent bien sagement que le bus arrive à Zoologischer Garten. :-)

Jour 2 : Hamburger Bahnhof et Museum für Film und Fernsehen

Le lendemain, nous avons commencé nos visites plus « culturelles« . Nous connaissons déjà passablement les grands musées berlinois, mais pour ne pas bouder notre plaisir, nous avons tout de même décidé d’en revisiter un certain nombre. Nous avons notamment privilégié les expositions temporaires.

Le matin, nous sommes donc allés au musée contemporain, proche de la Hauptbahnhof. Nous y avons vu la collection de Gülsün Karamustafa et de Ernst Ludwig Kirchner.

L’art contemporain, parfois, me sidère…

L’après-midi, nous avons rejoint Potsdamer Platz. Nous voulions voir l’exposition Things to Come, qui présente plusieurs films de science-fiction. Comme les dernières fois, j’ai été agréablement surprise par ce musée. L’exposition permanente est vraiment bien faite et le musée de manière général est très ludique. Un vrai petit bijou pour les amateurs du septième art.

Le soir, en sortant, nous avons pu profiter des magnifiques décorations lumineuses dans le Sony Center.

Jour 3 : Hackesche Höfe et Nouvel An à la Brandenburger Tor

Jour 4 : Brunch et musée juif

Le lendemain du Nouvel An, nous avons apprécié manger notre brunch à 13h. Nous avons découvert une nouvelle adresse proche de Gendarmenmarkt : Chipps. Un petit restaurant sans prétention mais très bon !

Ensuite, nous sommes allés au musée juif. Là, nous avons surtout visité l’exposition temporaire Golem ainsi que celle de Eran Shakine. J’ai particulièrement adoré la deuxième.

Comme moi avant cette exposition, vous ne savez peut-être pas ce qu’est un golem. Peut-être que cette petite définition vous permettra de mieux comprendre les images qui suivent : un golem est un être artificiel façonné afin d’assister ou de défendre son créateur.

L’exposition suivante, a Muslim a Christian and a Jew, m’a particulièrement plu. Je trouve ces petits dessins tellement simples, mais pourtant humoristiques et décrivant parfaitement et sans stéréotypes les différences et les similitudes entre ces trois religions majeures.

Jour 5 : Pergamon Museum et le dernier Star Wars au Sony Center (IMAX)

Restaurants

Et pour finir, je vais vous parler de mes restaurants coup de coeur. Bien sûr, nous avons plusieurs endroits fétiches à Berlin et jamais assez de temps pour aller partout. En plus, cette année, nous avons voulu découvrir de nouveaux restaurants, donc la tâche a été encore plus difficile.

En version VEGAN/végétarien, je retiens surtout :

Nous y avons mangé pour le Nouvel An. Le menu entièrement végane était grandiose !

Amuse-bouche surprise

Prélude : crème brûlée de carotte, cake au maïs, rémoulade de chili et coriandre

1ère entrée : crème d’artichauts de Jérusalem, confettis de légumes, praliné de chanvre et safran

2e entrée : Crêpe de betterave rouge, épinards, truffe, pomme de terre rôtie

Sorbet : Ananas-poivre sichuan, chia, matcha

Plat principal : Porto bello de champignons, craquant basilic et pignon, flan de salsifis noir, jus au vin

Dessert : Mozart Dumpling, poire à la vanille et crème glacé de courge

Fromages : variation maison, moutarde aux figues et pain fait maison

Final : boule de Berlin

Ce restaurant végétarien, au premier abord, ne paie vraiment pas de mine. Il est au fond d’une cour, proche des poubelles. Bref, un lieu typique de Berlin :-)

Mais après avoir sonné et être monté à l’étage, on n’est vraiment pas déçu. La déco est moderne et le service impeccable !

Ce petit restaurant proche de Rosenthaler Platz propose une cuisine végane locale et presque gastronomique. Une vraie découverte !

Et pour les fans de tapas, ne manquez surtout pas ATAME entre Hackescher Markt et Alexander Platz !

Nous en avions choisi 6 : olives, papas bravas, pimientos de padrón, pulpo a feira, kikoguaca (les petits cannellonis de la deuxième photo) et artichauts à la plancha.

Et comme d’habitude, on s’est régalé !

Voilà, je crois que je vous ai déjà tout dit. J’espère vous avoir donné envie de visiter cette ville et de déguster cette bonne cuisine !

Belle semaine de reprise à tous et à bientôt !